Un matériau de construction dérivé du papier pour un avenir sans déchets

Poussée par l’aspiration à des matériaux de construction à plus faible impact, la start-up espagnole Honext a mis au point un matériau durable en utilisant des enzymes et des déchets de cellulose provenant de l’industrie du papier. Ce panneau de fibres responsable, qui constitue une alternative à des matériaux tels que le MDF et les plaques de plâtre, se distingue par un modèle de transformation entièrement circulaire, local et « sain ».

Pour fabriquer le matériau, les résidus de cellulose (boues de papeterie) sont récoltés dans les usines locales, analysés puis triés en compositions en fonction de leur qualité.

Ces fibres, qui ont déjà subi plusieurs cycles de réutilisation, sont trop courtes pour être réutilisées et finissent généralement dans des décharges ou brûlées comme combustible – un flux de déchets estimé à sept millions de tonnes par an dans le monde, selon Honext.

Honext combine ces fibres courtes à l’aide d’un traitement enzymatique, où des enzymes produisant de la cellulose sont ajoutées au mélange en tant que liant, éliminant ainsi le besoin de résines et de colles non recyclables. Des additifs non toxiques sont ensuite incorporés pour améliorer la résistance du matériau aux UV, avant que le mélange ne soit comprimé, façonné et séché, prêt à être utilisé.

Le résultat final, qui convient aux cloisons et aux revêtements intérieurs, est un matériau durable, léger et recyclable à l’infini, dont les propriétés rivalisent avec celles de ses homologues existants (notamment la résistance à l’humidité et l’isolation thermique).

Outre la circularité (les panneaux en fin de vie peuvent être réintégrés dans le cycle de production pour créer de nouveaux produits), le processus de fabrication réputé de Honext est conçu pour n’avoir aucun impact sur l’environnement. Le gaz et l’électricité sont générés par la digestion des déchets locaux, l’eau de traitement est réutilisée en circuit fermé et l’utilisation de déchets locaux élimine les transports sur de longues distances, ce qui permet d’obtenir une empreinte carbone négative.

Outre ses références en matière de durabilité (notamment la certification Silver Cradle to Cradle), le matériau est considéré comme « sain » car il ne contient pas de formaldéhyde ni d’autres composés organiques semi-volatils, ce qui constitue un élément crucial pour l’avenir. Voir Matériaux sains pour une vie post-pandémique pour plus d’informations.

Pour des matériaux plus progressistes visant à améliorer nos futurs environnements bâtis, voir Matériaux pour les villes du futur, via Stylus.

1 commentaire sur “Un matériau de construction dérivé du papier pour un avenir sans déchets”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.