Le déploiement des vaccins au Chili est l’un des meilleurs au monde. Mais les cas de COVID-19 explosent.

Vice décrit la réalité des pays où la vaccination est forte mais les cas nombreux, et sans doute que nous devrions prêter attention à ce qu’il ne faut pas faire :

(…)
Ce pic a été atteint alors que le Chili est l’un des pays les plus vaccinés au monde par habitant, quatrième derrière les Émirats arabes unis, les Seychelles et Israël, et qu‘il est parvenu à vacciner plus d’un tiers de ses 18 millions d’habitants avec leur première dose. Le ministère chilien de la santé attribue le succès du programme à la diversification des sources d’approvisionnement, en concluant des accords avec Pfizer-BioNTech, Sinovac, AstraZeneca-Oxford et Johnson & Johnson pour obtenir suffisamment de doses pour vacciner presque deux fois la population.

L’épidémiologiste Maria Paz Bertoglia, professeur de santé publique à l’Université du Chili, estime que la communication autour du succès de la vaccination au Chili a conduit de nombreuses personnes à ne pas tenir compte des mesures de santé publique. « Nous avons besoin que le public, ainsi que les autorités, ne prennent pas d’avance. Il faudra du temps pour que la vaccination ait un effet réel », a-t-elle déclaré.

Le gouvernement chilien a fièrement vanté ses réalisations en matière de vaccination depuis le début de la campagne en décembre dernier, tandis que des scènes de vaccination ont été diffusées à la télévision tous les jours pendant des mois.

Mme Bertoglia estime que l’accent mis sur les vaccinations a entraîné une absence d’information sur les « nouvelles souches hautement infectieuses qui sont entrées dans le pays au cours des mois d’été (chiliens) ».

« Nous avons besoin que la communication soit beaucoup plus transparente, directe et honnête ».

Elle ajoute qu’autoriser les voyages de vacances pendant l’été était une erreur, et pense que les mesures de verrouillage ont été levées prématurément. Pendant des mois, certaines parties du pays ont bénéficié d’un accès aux salles de sport, avec des restaurants, des bars et des cinémas ouverts au public, malgré la multiplication des cas.

« Ce pic était évitable », a déclaré M. Bertoglia.

Israël est actuellement le pays le plus vacciné au monde, avec 85 % de sa population vaccinée. Des rapports récents confirment que la vaccination a permis de réduire jusqu’à 94 % les cas symptomatiques de COVID.

Mais selon l’épidémiologiste Michael Edelstein, professeur associé à l’université Bar Ilan et médecin de santé publique, Israël a connu une recrudescence troublante des cas fin janvier, alors qu’il avait vacciné un tiers de sa population, et « le Chili se trouve actuellement au même niveau qu’Israël il y a environ sept semaines. »

Il attribue le pic de janvier en Israël à plusieurs facteurs, notamment la fatigue liée aux mesures de distanciation, combinée à la confusion provoquée par la communication sur les vaccins – similaire à ce qui se passe actuellement au Chili. « Le message s’est orienté vers la (les) vaccination(s) et les gens sont devenus complaisants dans une certaine mesure. »

Il souligne qu’au cours du processus de vaccination, tous les pays doivent envisager une période intermédiaire pendant laquelle se faire vacciner est tout aussi important que de suivre les mesures de distanciation sociale.

Via Vice

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.