L’avenir des bibliothèques est dans la communauté

Un article intéressant de Citylab par Bloomberg :

Les bibliothèques redoublent d’efforts pour élargir l’accès au numérique. Pour atteindre les groupes vulnérables, même après la pandémie, cela signifie sortir de leur propre bâtiment.

Pendant la pandémie, les bibliothèques publiques américaines ont trouvé des moyens de continuer à fournir des services à leurs communautés, notamment un service qui faisait cruellement défaut : l’accès à l’internet. Elles ont permis aux gens d’accéder au WiFi depuis leurs parkings, ont transformé des camionnettes en hotspots mobiles et ont distribué des appareils portables à usage domestique. Leurs efforts donnent un aperçu de la présence physique plus étendue que de nombreuses bibliothèques sont susceptibles d’assumer après la pandémie, notamment pour servir leurs usagers les plus vulnérables.

« Les bibliothèques vont reconnaître que leur rôle ne se limite pas aux murs de leurs bâtiments, mais qu’il se situe dans le paysage de leur communauté et dans les foyers des gens », explique Lisa Guernsey, directrice de l’enseignement, de l’apprentissage et des technologies à New America. « L’époque où l’on disposait d’un laboratoire informatique est en train de disparaître. Au lieu de cela, les gens doivent être en mesure de se connecter depuis chez eux. »

De nouvelles recherches coécrites par M. Guernsey sur la façon dont les gens ont utilisé les bibliothèques pendant la pandémie mettent en évidence les lacunes qui doivent encore être comblées pour que ces institutions puissent servir ceux qui ont le plus besoin d’un accès numérique. Selon un rapport de l’organisation à but non lucratif New America, les utilisateurs noirs, hispaniques et asiatiques interrogés ont tous exprimé plus de difficultés à accéder aux ressources en ligne. Ces mêmes groupes sont plus susceptibles que les utilisateurs blancs de dépendre des bibliothèques comme principale source d’Internet.

Ce fossé est significatif car les bibliothécaires jouent également un rôle important en aidant les résidents à naviguer sur le web pour se connecter aux services sociaux, qu’il s’agisse de s’inscrire à une couverture de soins de santé, de faire une demande de chômage ou – plus pertinent aujourd’hui que jamais – de prendre des rendez-vous pour un vaccin.

« Les communautés qui n’ont pas les compétences ou le savoir-faire nécessaires pour naviguer sur internet risquent d’être laissées pour compte [lorsqu’il s’agit] d’accéder aux services », a déclaré Paolo Balboa, directeur de programme à la National Digital Inclusion Alliance, qui faisait partie d’un groupe d’experts ayant participé à l’enquête.

Cela signifie qu’à l’avenir, les nouvelles politiques visant à élargir l’accès numérique devront s’attacher à mieux atteindre ces groupes, d’autant plus que les bibliothèques se considèrent davantage comme des ressources communautaires que comme des destinations physiques.

« Les bibliothèques vont reconnaître que leur rôle ne se limite pas aux murs de leurs bâtiments, mais qu’il s’étend à l’ensemble de leur communauté.

Pour mieux atteindre les communautés marginalisées, les chercheurs préconisent une collaboration accrue avec d’autres groupes et institutions. Pendant la pandémie, par exemple, de nombreuses bibliothèques ont coordonné leur action avec les écoles pour distribuer des points d’accès aux étudiants à faible revenu, en donnant la priorité à ceux qui bénéficient de programmes de repas gratuits. Selon Mme Guernsey, ce partenariat illustre pourquoi les bibliothèques publiques devraient s’associer davantage aux systèmes scolaires pour cibler les étudiants mal desservis après la pandémie. « C’est assez fou que nous ayons des écoles publiques qui cherchent souvent des ressources, qui n’ont peut-être même pas les fonds nécessaires pour une bibliothèque complète, et que nous ayons des bibliothèques publiques qui cherchent également des ressources et s’inquiètent des réductions [de personnel] et des horaires, et pourtant quelque chose dans le système fait qu’il est vraiment difficile pour les bibliothécaires de ces deux institutions de travailler ensemble », a-t-elle déclaré.

(…)

Lire la suite via Citylab par Bloomberg

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.