Ce savon probiotique ne pollue pas les rivières dans lesquelles il pénètre, il contribue à les nettoyer.

Laver le linge dans les rivières peut endommager les écosystèmes et rendre l’eau imbuvable. Un nouveau savon fait le contraire : il utilise des probiotiques pour éliminer la pollution, rapporte Adele Peters pour Fastcompany :

Dans certaines régions du Pérou, il est encore courant de laver le linge dans les rivières et les ruisseaux, à la fois par tradition et parce que des millions de personnes n’ont pas l’eau courante à la maison. L’utilisation de savon à lessive peut polluer l’eau que les gens utilisent également pour boire, cuisiner ou se laver. Mais un nouveau type de savon probiotique a été conçu pour aider à nettoyer l’eau à la place.

« L’idée est très simple : tirer parti de l’héritage culturel des Andes, qui consiste à laver leurs vêtements dans les rivières, afin que celles-ci soient nettoyées« , explique Ricardo Chadwick, associé et directeur de la création de l’agence Fahrenheit DDB, qui a collaboré au projet avec Andea, une société d’eau en bouteille, et une startup péruvienne appelée Cirsys.

Les partenaires ont passé deux ans à mettre au point une solution – un pain de savon qui contient des micro-organismes capables d’éliminer la pollution. « Ce micro-organisme se nourrit de la pollution de la rivière et réduit considérablement les niveaux de nitrate et d’ammoniac, responsables de la propagation des bactéries qui affectent les humains« , explique Chadwick. « Ces micro-organismes sont libérés lors de l’utilisation du pain de savon, et ils se fixent sur les rochers et les herbes de la rivière, y restant même après le rituel de lavage. »

Ce procédé peut contribuer à nettoyer la pollution provenant d’autres savons à lessive et des eaux usées qui aboutissent également dans les rivières. Comme des milliers de personnes retournent sans cesse à une rivière ou à une autre source d’eau pour se laver avec le savon, les micro-organismes continueront à se nourrir de la pollution. « Avec le pain de savon, la tradition andine devient un système de nettoyage constant », explique-t-il. Dans des échantillons d’eau de rivière prélevés avant et après, le savon a permis d’éliminer des polluants comme les nitrates avec une efficacité de 75 à 85 %.

Après un projet pilote visant à tester le savon, les partenaires espèrent maintenant convaincre les fabricants de savon d’intégrer cette technologie. « Maintenant que nous avons confirmé son efficacité, notre objectif est de transférer les droits de la formule à un grand fabricant de savon, voire à des programmes sociaux gouvernementaux, afin qu’elle puisse être mise à la disposition du plus grand nombre de personnes possible, à un prix abordable », explique M. Chadwick. « Le potentiel de ce projet est énorme. Des entreprises comme P&G ou Unilever pourraient en faire une réalité dans toute l’Amérique latine, l’Afrique et l’Asie – trois continents où laver le linge au bord des rivières est encore une tradition. »

Via Fastcompany

1 commentaire sur “Ce savon probiotique ne pollue pas les rivières dans lesquelles il pénètre, il contribue à les nettoyer.”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.