Où est Owdin ?

Cela fait des mois que je n’ai pas écrit, que je fais moins de veille et de lectures que je partage ensuite sur Owdin.

Il y a plusieurs raisons pour cela :

– J’ai un nouvel emploi qui me prend beaucoup de temps (puisque que je dois assumer une double-casquette du fait que ma M+1 est en arrêt depuis plus d’un an désormais)

– Mes réveils très tôt le matin sont consacrés à la pratique de l’aquarelle : et je pourrais pour le coup en parler longuement tellement sa pratique est vraiment difficile. La pratique du pastel était extrêmement récréative, mais il faut que je travaille beaucoup pour atteindre ce niveau-là en aquarelle.

– Je souhaite depuis longtemps améliorer le format du blog : me contenter de faire de la curation et de la traduction sans prendre d’autres risques que de partager des avis tranchés que je partage ne me suffit plus. C’est comme si je souhaitais rester dans l’ombre alors que je suis journaliste à la base.

J’arrive à un âge où je ne veux plus aller à contre-courant de ce que je suis, par retenue et pudeur, ou crainte de faire moins bien que des attentes imaginaires.

Je ne fermerai pas le blog, je vais revenir écrire dessus, partager des articles (encore quelques uns), et je pense que le moment viendra où je reprendrai l’écriture.

En effet, cette étrange période d’un an et demi a vu des changements colossaux, même si tout le monde n’en a pas toujours conscience, qui je pense ne sont pas encore digérés complètement. Mon travail m’a permis de découvrir un nouveau secteur, une nouvelle approche de mon travail, la découverte d’un nouveau pour moi : il me faut encore faire un process d’absorption.

La vie est ainsi : nous sommes en constante évolution, même quand nous ne faisons rien, il se passe de micro-transformations.

Je fête mes 35 ans demain. Je vois ce jour comme le début d’une vie où mes décisions sont empreintes des erreurs passées et d’un cheminement mental entre mes aspirations, mes rêves, la conscience de ce que je suis et la réalité.

Je vieillis mais je suis heureuse, j’ai seulement une nouvelle inquiétude : d’avoir la santé, le plus longtemps possible pour apprécier la vie comme plus jeune je n’aurais pu l’accueillir.

Bon dimanche

(et une aquarelle que j’ai faite)

4 commentaires sur “Où est Owdin ?”

  1. « On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve »
    Héraclite
    « Il n’y a aucune constante existence, ni de notre être, ni de celui des objets. Et nous, et notre jugement, et toutes choses mortelles vont coulant et roulant sans cesse. »
    Montaigne
    « Raisin vert, raisin mûr, raisin sec, tout est changement, non pour ne plus être, mais pour devenir ce qui n’est pas encore. »
    Epictète
    « Il n’existe rien de permanent (nitya) si ce n’est l’impermanence (Anitya) »
    Shakyamuni, dit « le Bouddha »)

    Tout ce qui existe a eu une naissance et tout ce qui existe meurt, donc tout ce qui existe change à chaque instant de son existence.
    Il n’existe rien d’éternel. Ni la durée de la vie ni les instants qui la composent.
    Tout ce qui existe a une cause. Le début a une cause. Chaque instant du déroulement de l’existence a une cause. Même la fin a une cause. Ce qui implique qu’entre le début et la fin, l’existence n’est qu’une suite de changements.
    Même le proton, qui est la particule élementaire ayant la plus longue durée de vie (10 puissance 34 ans), n’est pas éternel, il mourra en donnant naissance à un pion neutre et un positron. Ce calcul a été fait dans le cadre de la grande réunification des quatre forces fondamentales (la gravitation qui agit sur les masses, la force électromagnétique qui agit entre particules chargées, la force forte qui colle entre eux protons et neutrons à l’intérieur des noyaux, et la force faible qui régit l’action des neutrinos). Or si même le proton meurt cela signifie que durant son existence quelque chose change en lui à chaque instant, contrairement à ce qu’on a longtemps pensé en établissant même à son sujet une loi qu’on appelait la loi de conservation baryonique. Si le proton meurt c’est nécessairement que quelque chose change en lui pendant son existence.
    Donc tout ce qui existe change lors de son existence.
    L’univers lui-même ne cesse de changer à chaque instant de son existence.
    Les étoiles changent à chaque instant de leur existence.
    Une fleur change à chaque instant de son existence.
    Même une montagne, même une pierre, change à chaque instant de son existence. Autour du monde, d’innombrable plaines se trouvent aujourd’hui à des endroits où s’élevaient jadis d’immenses montagnes. Et des montagnes se trouvent aujourd’hui là où se trouvaient jadis des océans. Montagnes… qui disparaîtront à leur tour, lentement mais inexorablement.
    Nos cellules changent à chaque instant de leur existence. Leurs divisions successives ne sont jamais à 100% parfaites, et leur oxydation par les radicaux libres les altère afin de permettre leur indispensable vieillissement nécessaire au renouvellement.
    Notre esprit ne cesse de changer à chaque instant de notre existence, initiant les pensées, leur succession comme des nuages dans le ciel, leur évolution au fil des années, permettant au passage de progresser peu à peu dans la sagesse si on s’adonne à un minimum de méditation sur leur existence et sur leur influence sur le monde.
    La Vie change à chaque instant de son évolution au fil des centaines de millions d’années et ne cessera de changer jusqu’à sa fin.
    Notre propre vie change à chaque instant de notre existence. Nous avons tous été conçus un jour, par un père et une mère (et parfois simplement par une mère dans certaines espèces). Et pourtant chaque être qui vit actuellement est un recyclage d’éléments chimiques et physiques qui ont constitué des vies passées. Mais un recyclage toujours différent… Toute vie est un nouvel assemblage d’éléments qui existaient avant nous. Mais un assemblage toujours différent. Et un assemblage qui ne cesse de changer durant son existence.

    Le « je » qui apparaît à mon esprit aujourd’hui à 60 ans est différent du « je » qui apparaissait à mon esprit à 30 ans. Plus ou moins semblable, suivant le cours de l’existence de chacun, mais en aucun cas identique. Lui aussi, ce « je » mystérieux car en réalité inexistant par lui-même, change chaque année, chaque mois, chaque jour, chaque minute, en fait à chaque instant.
    Qui est ce « je » qui apparaît à notre esprit ? Sinon une illusion…

    Rien n’existe par lui-même. Tout ce qui existe à une cause antérieure à sa propre existence, et tout ce qui existe agit sur « le monde extérieur ». Ce qui signifie non seulement que le monde change autour de nous, par notre action et par celle des autres, mais aussi que nous-même changeons puisque toute action nécessite une dépense d’énergie, même une simple pensée. Donc nécessairement tout est en perpétuel changement. Ainsi est la vacuité, l’ordre fondamental de l’univers.

    La vie n’est pas un long fleuve tranquille…
    … Et c’est ce qui fait toute sa beauté.

    Bon anniversaire, Owdin !
    Et merci pour cette magnifique aquarelle faite de ta main !

    Jacques Prestreau

    1. Bonjour Jacques,
      J’ai remarqué que je célébrais moins les 35 ans passés que la première année d’un cycle durant lequel il me semble avoir trouver la vibration qui est la mienne (je ne dirai pas que j’ai « trouvé qui je suis » donc).
      Je lis ce merveilleux message que je prends comme un cadeau, comme une célébration et j’aimerais remercier nos « Je » car ils se comprennent et vibrent harmonieusement. Vos mots et votre pensée me touchent profondément.
      Je vous remercie
      A bientôt
      Owdin

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.