Le nouveau service d’Apple encourage la réparation plutôt que le remplacement

Opportunisme pour la marque qui a construit sa réputation sur la création du besoin d’avoir le dernier numéro de tel produit et de compléter ce dernier par tout le kit qui fonctionne de façon fluide et sans friction avec ?

Réparer signifie, n’oublions pas, de remettre en état, non pas de « jailbraker » ou de mettre à jour : non le trackpad ne sera pas élargi, le laptop ne sera pas allégé ou affiné. Vous pourrez faire durer la batterie un peu plus longtemps… La particularité c’est que vous réparez vous-mêmes, avec un manuel et les pièces détachées !

La question est : Apple est-elle une marque que vous choisirez pour conserver une édition qui n’est plus à la mode ? En effet, la dernière version du modèle est de base plus performant, et sur le principe (marketing) plus durable.

The Brief annonçait en novembre dernier :

« L’annonce par Apple d’un système de réparation en libre-service (qui sera mis en place début 2022) est un revirement pour le géant de la technologie qui, pendant des années, a refusé de vendre des pièces détachées et a limité les réparations en dehors de ses propres magasins. Ce programme montre comment le mouvement en faveur du droit à la réparation – l’une des 10 tendances technologiques pour 2021 – prend de l’ampleur.

Un manuel de réparation et plus de 200 pièces et outils seront disponibles à l’achat dans le cadre de ce programme, permettant aux clients de réparer eux-mêmes leurs appareils sans avoir à se rendre dans un Apple Store ou un atelier de réparation tiers. Le programme se concentre initialement sur les problèmes les plus courants liés à l’écran, à la batterie et à l’appareil photo de l’iPhone 12 et 13. D’autres pièces et manuels pour les iPhones et les MacBooks suivront plus tard dans l’année.

Jusqu’à présent, Apple a restreint l’accès aux pièces de rechange et aux réparations effectuées par des tiers, invoquant des préoccupations en matière de sécurité et de fiabilité (elle conseille toujours à la plupart des clients de demander l’aide d’un expert, précisant que le libre-service est réservé aux « techniciens ayant les connaissances et l’expérience nécessaires pour réparer les appareils électroniques »). Les clients devaient opter pour des réparations en interne à des prix relativement élevés (environ 50 à 350 euros pour un MacBook Pro endommagé par l’eau, par exemple) ou s’adresser à des techniciens indépendants utilisant des pièces provenant de fournisseurs non certifiés.

Le nouveau système permettra de réduire le coût de réparation des produits Apple (voir les perspectives économiques de la Tech sur la tendance des appareils à petit prix) et d’allonger le cycle de vie des produits électroniques grand public afin de réduire les déchets électroniques. On estime à 54,7 millions de tonnes la quantité d’équipements électroniques qui seront mis au rebut. (WEEE Forum, 2021)

Via The Brief

Quand une marque ne peut être bio, elle mise sur d’autres arguments. Il suffit juste de comprendre ce qui motive une marque à ce que vous restiez, reveniez ou adhérez à elle.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.