Un soda bleu, sans chimie et bon pour la santé ? Découvrez Ful

Tenté par un soda pétillant couleur bleu, complètement naturel et sans impact négatif sur l’environnement ? Ful mérite alors un peu d’attention :

« La couleur bleue vive d’une nouvelle marque de soda néerlandais ne provient pas de colorants alimentaires : La startup qui fabrique le produit, appelée Ful, produit la boisson avec de la spiruline, une algue bleu-vert qui donne au soda un punch nutritionnel plus important que la boisson gazeuse standard. La société souhaite utiliser ce produit pour faire des algues un ingrédient plus populaire afin de contribuer à réduire l’empreinte carbone du système alimentaire. Les fondateurs, qui se sont rencontrés alors qu’ils étaient étudiants au campus de Singapour de l’INSEAD (Institut européen d’administration des affaires), ont passé des mois à explorer les moyens d’accélérer le passage à des émissions nettes nulles au niveau mondial avant de se décider pour les microalgues bleues. » rapporte Fastcompany.

La bonne nouvelle c’est la capacité à l’algue à absorber le CO2, le carbone :

« Par kilogramme de protéine produite, le bœuf a une empreinte carbone d’environ 500 kilogrammes ; le soja a une empreinte carbone d’environ 20 kilogrammes. Mais les algues absorbent rapidement le CO2 au cours de leur croissance ; et dans une analyse du cycle de vie, la startup a calculé que dans son propre processus de production – qui utilise le CO2 capté de l’industrie – sa spiruline absorbe plus de carbone que le processus total n’en émet, ce qui donne une empreinte carbone négative de 1,5 kilogramme. Les algues n’ont pas besoin de terres arables pour pousser et ne nécessitent pas de pesticides, d’engrais ou d’énormes quantités d’eau douce pour produire la plupart des aliments. »

(…)

« c’est une source de nutriments tels que le fer, la vitamine C, le magnésium et des antioxydants comme la chlorophylle, que l’on retrouve tous dans le soda, dont la société espère qu’il plaira à une clientèle axée sur le bien-être. »

Un projet qui se transforme en entreprise grâce à l’argent lors d’un concours :

« Juste avant d’obtenir leur diplôme, les fondateurs ont remporté un concours de business plan pour leur concept d’une nouvelle marque à base de spiruline. « L’équipe a déménagé aux Pays-Bas pour commencer à travailler avec des scientifiques de l’agroalimentaire afin de relever les défis qui, selon eux, entravaient l’utilisation de l’ingrédient, et a mis au point une nouvelle méthode brevetée de traitement des algues pour en extraire les parties les plus savoureuses. Leur nouvel ingrédient « a un petit goût salé, mais il n’a pas le mauvais goût de poisson de la spiruline », explique-t-elle. « C’est assez agréable, et il se marie très bien avec d’autres saveurs ».

Le processus d’extraction lui confère également une nuance de turquoise particulièrement vive, qui provient de la chlorophylle contenue dans l’algue. La société a décidé de garder cette couleur étrange, plutôt que d’essayer de la cacher. Si vous décrivez cette couleur à un ami dans cinq ans, je veux que vous disiez : « Oh, c’est de la couleur Ful », explique M. Streuli. (L’ingrédient peut également être utilisé dans l’alimentation ; on ne sait pas encore si les consommateurs qui seraient prêts à boire un soda ressemblant à du Gatorade voudront également manger des barres granola teintées de bleu).

Les premières séries limitées de ce nouveau soda, aux saveurs de pêche et de citron-gingembre, ont été fabriquées dans une brasserie néerlandaise. Comme les brasseries produisent également du CO2 de qualité alimentaire, les bioréacteurs où poussent les algues pourraient éventuellement capter ce CO2 pour nourrir les algues. « On obtient alors ce merveilleux système en circuit fermé qui pourrait être très localisé, mais aussi évolutif dans le monde entier, en utilisant les infrastructures existantes », explique-t-elle. À l’heure actuelle, la plupart des algues sont cultivées avec du bicarbonate plutôt qu’avec du CO2 capté, mais l’entreprise souhaite utiliser un procédé produisant le moins d’émissions possible. L’équipe travaille également sur des détails tels que l’emballage ; les premières séries de production ont été vendues dans des bouteilles en verre utilisées par la brasserie, mais l’entreprise passe à des boîtes en aluminium pour réduire davantage son empreinte. Et un futur produit, sous forme de poudre, aura un emballage encore plus minimal.

Si vous êtes conquis, la marque a même prévu des recettes de cocktails :

https://fulsuperfood.com/ « 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.