Publicités

Archives de catégorie : "cryptomonnaie"

Le réseau social a publié un livre blanc expliquant le fonctionnement de Libra, bien qu’elle ne sera lancé que dans la première moitié de 2020. Facebook entre dans le monde de la banque : Libra sera disponible pour les utilisateurs de Messenger et WhatsApp du monde entier, ainsi que pour tous ceux qui téléchargent l’application (pas encore lancée). Facebook dit qu’il a le noble objectif de porter les services financiers à 1,7 milliard de personnes dans le monde qui n’ont toujours pas de compte bancaire. Libra vous permettra d’envoyer de l’argent à presque n’importe qui avec un smartphone, aussi facilement qu’un SMS et  » à un coût faible ou nul « , dit Facebook. Les détails : L’équipe de Libra sera dirigée par une fondation à but non lucratif appelée Calibra, basée en Suisse. Facebook bénéficie déjà du soutien de 27 organisations, dont Uber, Visa, Spotify, Vodafone, Mastercard et Women’s World Banking à…

Lire la suite

Publicités

Cameron et Tyler Winklevoss veulent que vous payiez pour l’épicerie, les films, la crème glacée et de nombreux autres produits de consommation courante en utilisant la cryptomonnaie. La société de monnaie numérique des jumeaux, Gemini, a formé un nouveau partenariat avec Flexa, startup des paiements, pour intégrer des capacités de crypto-paiement dans les scanners qui vous permettent de payer avec des services comme Apple Pay. Les utilisateurs peuvent maintenant utiliser une application appelée Spedn pour payer avec Bitcoin, Cash, Ether, ou le stablecoin soutenue par le dollar Gemini pour les articles chez les détaillants, y compris Whole Foods, Regal Cinemas, Baskin-Robbins, Starbucks, et autres, selon Fortune. Les crypto-paiements seront-ils maintenus cette fois-ci ? L’industrie de la cryptocriminalité veut depuis longtemps être adoptée par le grand public dans le commerce de détail. Un certain nombre de commerçants ont essayé d’accepter les paiements Bitcoin dans le passé, mais c’était probablement trop tôt : le…

Lire la suite

Premier jour de Vivatech 2019 à Porte de Versailles avec un constat : quel monde et que de perspectives futuristes ! Je n’ai sans doute pas tout vu, et je ne vais pas donner mon avis sur la qualité des stands des uns et des autres, j’ai plutôt envie de parler des découvertes qui m’ont réjouie et qui me paraissent être un signe optimiste pour la suite ! Par ordre de préférence : Emy, la sonde périnéale, par Fizimed – Connected to Health : Pour qui et pourquoi ? Les femmes qui ont accouché : la première idée qui vient en tête car on parle peu du périnée, à part de la nécessité de le remuscler après l’accouchement. Mais en vérité, près de 6 millions de femmes ont besoin d’entraîner ce muscle pour plein de raisons : les sportives, comme les cavalières par exemple, ou tout simplement parce que certaines…

Lire la suite

Un groupe d’experts a déclaré au Conseil de sécurité des Nations Unies que la Corée du Nord avait volé pour plus d’un demi-milliard de dollars de cryptomonnaie sur les plates-formes commerciales en ligne en 2017 et 2018, et avait utilisé la technologie de la blockchain pour couvrir ses traces. Ces vols s’inscrivaient dans le cadre d’une campagne de piratage informatique plus vaste contre les institutions financières d’autres pays. L’opération échappe aux sanctions : Selon le groupe d’experts, les attaques ont été lancées par une force spécialisée au sein de l’armée nord-coréenne, qui est devenue un élément important de la politique du gouvernement face aux sanctions économiques sévères imposées à son programme nucléaire. Des pirates informatiques parrainés par l’État ont mené des cyberattaques contre un certain nombre d’institutions financières étrangères, y compris des échanges de devises cryptographiques, amassant 670 millions de dollars au total. Blanchiment d’argent sur Internet : Il ne…

Lire la suite

Voici un premier aperçu du slideshow le plus attendu de la Silicon Valley. C’est encore une fois cette période de l’année, lorsque Mary Meeker sort son rapport très attendu sur les tendances d’Internet pour la foule qui assiste à la Code Conference à Rancho Palos Verdes, Californie. Cette année, le partenaire de Kleiner Perkins Caufield & Byers a publié 294 slides, couvrant aussi bien le comportement avec les smartphones aux États-Unis que la concurrence des entreprises technologiques en Chine. Voici quelques extraits (et à la fin le lien pour toute la retranscription) : 2017 a été la première année au cours de laquelle les livraisons de smartphones n’ont pas augmenté du tout. Comme de plus en plus de gens dans le monde deviennent propriétaires de smartphones, la croissance a été de plus en plus difficile à obtenir. Il en va de même pour la croissance des utilisateurs d’Internet, qui a…

Lire la suite

L’équipe de Basis, qui s’était qualifiée de « cryptocurrency avec une banque centrale algorithmique« , a annoncé qu’elle mettait fin au projet et restituait aux investisseurs les capitaux qu’elle avait réunis. « Stable » mais complexe : Les stablecoins sont des pièces conçues pour maintenir un prix stable et éviter la volatilité qui caractérise la plupart des cryptomonnaies. Certains conservent simplement des réserves de dollars réels pour soutenir la cryptocurrency. Mais Basis a déclaré qu’elle avait conçu un nouveau type de « jeton » qui garderait son ancrage grâce à un système élaboré d’incitations qui conduirait à l’achat et à la vente de deux jetons supplémentaires, appelés jetons « obligations » et « actions« . Ces marchés distincts serviraient à ajuster l’offre de base et à la maintenir stable. Le concept a permis de recueillir 133 millions de dollars auprès d’un certain nombre de grandes sociétés de capital de risque, dont Andreessen Horowitz. Décentralisation, respect de la réglementation : « Malheureusement, le…

Lire la suite

L’avenir de l’argent a des implications dans tous les domaines des entreprise. Ce que les consommateurs attendent des services financiers reflète ce qu’ils attendent des marques dans tous les secteurs. Les comportements en matière de dépenses, d’épargne et d’investissement, entraînés par les nouvelles technologies, se normalisent rapidement, ce qui nous donne des indices sur ce qui va se passer dans d’autres marchés. Les différences générationnelles d’attitude à l’égard de la finance étant de plus en plus marquées, les consommateurs exigent des services financiers plus hyper-personnalisés. Aux États-Unis, 89 % des consommateurs sont plus susceptibles de faire affaire avec une institution financière par le biais d’un site Web ou d’une application s’il offre des expériences personnalisées, alors qu’il en va de même pour 77 % de la population (Epsilon, 2018). Qu’il s’agisse de start-ups offrant des investissements éthiques pour des millenials ou d’innovateurs offrant aux consommateurs non bancarisés des moyens de…

Lire la suite

Comment enseigner à vos enfants la valeur de l’argent à l’ère numérique ? Les fabricants de Pigzbe, un porte-monnaie électronique pour enfants, pensent qu’il s’agit de crypto-monnaie. Vous vous rappelez quand enfant vous aviez votre tirelire avec votre argent de poche : nous avions la « douleur » de la dépense, de voir le poids de la boîte varier, avoir et ne plus avoir l’argent pour. Aujourd’hui, à quand remonte le moment où vous avez eu du cash ? Avec le paiement sans contact, rien de plus simple que de passer les transactions, des petites comme des grosses. Alors, comment enseigner aux enfants d’aujourd’hui la valeur de l’argent, et que ça fait « littéralement mal de le dépenser« , quand ils grandissent ? Faut-il prier pour qu’ils ne deviennent pas accros à la commodité du crédit ? Pigzbe est le genre de produit conçu uniquement pour ce groupe démographique, les enfants. Conçu par Primo…

Lire la suite

Expliquer simplement la blockchain avec Jack Dossman, Hackernoon. Imaginons que nous sommes assis dans la cour de récréation de l’école avec nos cartes à échanger Pokemon, et nous décidons que nous devrions échanger deux cartes d’une valeur à peu près équivalente. Il n’y a rien de particulièrement délicat dans cet échange – nous sommes tous les deux d’accord que l’échange est équitable, je vous donne ma carte et vous me donnez la vôtre. En tant qu’enfants de 10 ans, nous n’avons pas besoin de demander à l’enseignant de superviser l’échange et de nous assurer que les cartes sont échangées correctement – il est évident à qui appartient maintenant physiquement chacune des cartes, car elles sont maintenant dans chacun de nos jeux. Je peux les voir. Vous pouvez les voir. Nous sommes tous les deux d’accord pour dire que l’échange a été fructueux. C’était assez simple : tout le monde a eu…

Lire la suite

Planetary Resources vient de prendre un virage inhabituel sur son chemin vers l’exploitation des astéroïdes. ConsenSys, une société de blockchain créée par Joseph Lubin, co-fondateur d’Ethereum, a acheté Planetary Resources pour une somme indéterminée. Cela semble très tendance étant donné la combinaison de la blockchain et des vols spatiaux privés, mais c’est un choix logique si vous demandez à Brian Israel de Planetary Resources. Les contrats intelligents, smart contracts, basés sur la blockchain représentent une « solution naturelle » pour le commerce dans l’espace, a dit M. Israel – il n’y a pas de divisions territoriales, donc c’est peut-être un moyen idéal pour les gens de divers pays de  » coordonner et de négocier « . ConsenSys appliquera sa stratégie spatiale à l’ancien site de Planetary Resources à Redmond, Washington. Chris Lewicki, chef des Ressources Planétaires et d’Israël, se joint à ConsenSys dans le cadre de l’accord. Les sociétés nouvellement réunies n’ont pas…

Lire la suite

La terminologie rend la technologie soit déroutante, soit ennuyeuse et incompréhensible. Voici un petit guide pour s’y retrouver. Alt-coin : Une cryptocurrency qui fonctionne de la même manière que le Bitcoin mais avec des modifications telles que la possibilité de traiter les transactions plus rapidement, c’est une abréviation de « Bitcoin alternative« . La blockchain : Structure de stockage de données dans laquelle des groupes de transactions valides, appelés blocs, forment une chaîne chronologique, chaque bloc étant lié cryptographiquement au bloc précédent. Protocole de consensus : Processus, codé dans un logiciel, par lequel les ordinateurs d’un réseau, appelé nœuds, parviennent à un accord sur un ensemble de données. Cryptocurrency (ou crypto-token) : Un actif numérique rare défini par un protocole de blockchain et échangé via ce système de chaîne de blocs. Décentralisation (vs distribution): Mesure difficile à quantifier de la résistance d’un réseau aux attaques, en fonction de la répartition du contrôle entre…

Lire la suite

Après avoir trouvé des bugs dans le code qu’ils testaient, les principaux développeurs d’Ethereum ont décidé de reporter à 2019 la Hard Fork dure, prévue pour le réseau, qui devait avoir lieu le mois prochain. Le retard de la mise à jour du logiciel, appelé Constantinople, donnera au groupe plus de temps pour se pencher sur une proposition controversée de modification du système monétaire du réseau. Hard Fork, c’est quoi ? Pour une « cryptomonnaie », un « fork » (un embranchement) est une modification des règles qui la régissent. Certaines transformations peuvent être mineures et rétrocompatibles – on parle alors de « soft fork » – ou plus importantes et sans compatibilité ascendante, c’est un « hard fork ». Un « soft fork » peut se contenter du soutien de la majorité de nœuds et mineurs pour devenir fonctionnel. Un « hard fork » en revanche nécessite un très large consensus, voire une unanimité. (allez voir ici si besoin) La proposition litigieuse est liée à ce qu’on appelle la « bombe de difficulté« , un élément du…

Lire la suite

L’une de nos principales missions lorsque on enseigne et conseille des étudiants qui envisagent de créer des entreprises liées à la blockchain est de les amener à se demander si leur idée l’exige ou non. L’intégrité des données est le principal avantage conféré par la technologie de la blockchain, et quelques questions peuvent aider à déterminer si c’est un problème particulier pour une entreprise ou un cas d’utilisation donné : Si les données que mon entreprise recueille sont corrompues, à quel point les gens en souffrent-ils ? Les personnes de l’extérieur (peut-être des pirates informatiques) ont-elles intérêt à déformer ou à modifier les données sur lesquelles mon entreprise est basée ? Dans quelle mesure mon entreprise dépend-elle de la capacité d’autres personnes à faire confiance aux données sur lesquelles elle est construite ? Prenons l’exemple d’une monnaie numérique – le premier cas d’utilisation d’une blockchain. Là, si les données sont corrompues…

Lire la suite

Bientôt, tout ce dont vous aurez besoin, ce sont vos ondes cérébrales uniques.

Votre cerveau est une source inépuisable de mots de passe sécurisés, mais vous n’aurez peut-être pas à vous souvenir de quoi que ce soit. Les mots de passe et les NIP (un numéro d’identification personnel) comportant des lettres et des chiffres sont relativement faciles à pirater, difficiles à retenir et généralement peu sûrs. La biométrie commence à prendre leur place, les empreintes digitales, la reconnaissance faciale et le balayage de la rétine devenant monnaie courante, même dans les ouvertures de session des ordinateurs, des smartphones et autres appareils courants.

Ils sont plus sûrs parce qu’ils sont plus difficiles à falsifier, mais la biométrie présente une vulnérabilité cruciale : Une personne n’a qu’un visage, deux rétines et 10 empreintes digitales. Ils représentent des mots de passe qui ne peuvent pas être réinitialisés s’ils sont compromis.

Tout comme les noms d’utilisateur et les mots de passe, les justificatifs d’identité biométriques sont vulnérables aux atteintes à la protection des données. En 2015, par exemple, la base de données contenant les empreintes digitales de 5,6 millions d’employés fédéraux américains a été violée. Ces personnes ne devraient pas utiliser leurs empreintes digitales pour sécuriser des appareils, que ce soit pour leur usage personnel ou au travail. La prochaine brèche pourrait voler des photographies ou des données de balayage de la rétine, ce qui rendrait ces données biométriques inutiles pour la sécurité.

Une équipe travaille depuis des années avec des collaborateurs d’autres institutions pour inventer un nouveau type de biométrie qui est à la fois lié à un seul être humain et peut être réinitialisé si nécessaire.

À L’INTÉRIEUR DE L’ESPRIT

Lorsqu’une personne regarde une photo ou entend un morceau de musique, son cerveau réagit d’une manière que les chercheurs ou les professionnels de la santé peuvent mesurer avec des capteurs électriques placés sur son cuir chevelu. Les chercheurs ont découvert que le cerveau de chaque personne réagit différemment à un stimulus externe, donc même si deux personnes regardent la même photo, les lectures de leur activité cérébrale seront différentes.

Ce processus est automatique et inconscient, de sorte qu’une personne ne peut pas contrôler la réaction du cerveau. Et chaque fois qu’une personne voit une photo d’une célébrité en particulier, son cerveau réagit de la même façon, bien que différemment de celui des autres.

Nous avons réalisé qu’il s’agissait là d’une opportunité pour une combinaison unique qui peut servir de ce que nous appelons un « mot de passe cérébral« . Il ne s’agit pas seulement d’un attribut physique de leur corps, comme une empreinte digitale ou la configuration des vaisseaux sanguins dans leur rétine. C’est plutôt un mélange de la structure biologique unique du cerveau de la personne et de sa mémoire involontaire qui détermine comment elle réagit à un stimulus particulier.

CRÉER UN MOT DE PASSE CÉRÉBRAL

Le mot de passe cérébral d’une personne est une lecture numérique de son activité cérébrale tout en regardant une série d’images. Tout comme les mots de passe sont plus sûrs s’ils comprennent différents types de caractères – lettres, chiffres et ponctuation -, un mot de passe cérébral est plus sûr s’il comprend les lectures des ondes cérébrales d’une personne qui regarde une collection d’images de différents types.

Pour établir le mot de passe, la personne serait authentifiée d’une autre façon, par exemple en se présentant au travail avec un passeport ou d’autres documents d’identification, ou en faisant vérifier ses empreintes digitales ou son visage par rapport aux dossiers existants. Ensuite, la personne porterait un chapeau confortable ou un casque rembourré avec des capteurs électriques à l’intérieur. Un moniteur afficherait, par exemple, une photo d’un cochon, le visage de Denzel Washington et le texte « Appelez-moi Ishmaël », la première phrase du classique « Moby-Dick » d’Herman Meville.

Les capteurs enregistreraient les ondes cérébrales de la personne. Tout comme lors de l’enregistrement d’une empreinte digitale pour le Touch ID d’un iPhone, de multiples lectures seraient nécessaires pour collecter un enregistrement initial complet.

Leur recherche a confirmé qu’une combinaison d’images de ce type évoquerait des lectures d’ondes cérébrales qui sont uniques à une personne en particulier, et cohérentes d’une tentative de connexion à une autre.

Plus tard, pour se connecter ou accéder à un bâtiment ou à une pièce sécurisée, la personne mettrait son chapeau et regarderait la séquence des images. Un système informatique comparerait les ondes cérébrales à ce moment-là à ce qui avait été stocké au départ – et leur accorderait l’accès ou le refuserait, selon les résultats. Cela prendrait environ cinq secondes, pas beaucoup plus longtemps que d’entrer un mot de passe ou de taper un NIP sur un clavier numérique.

Même si les détails restent mystérieux, l’idée semble infaillible. Se pose la question tout de même des cas où ça ne fonctionnerait pas. Est-ce notre mémoire qui nous fait réagir de façon unique à des images ? Est-ce qu’en vieillissant, notre cerveau change ?

Avançons.

APRÈS UN HACK

Le véritable avantage des mots de passe cérébraux entre en jeu après le piratage presque inévitable d’une base de données de connexion. Si un pirate s’introduit par effraction dans le système de stockage des modèles biométriques ou utilise de l’électronique pour falsifier les signaux du cerveau d’une personne, ces informations ne sont plus utiles pour la sécurité. Une personne ne peut pas changer son visage ou ses empreintes digitales, mais elle peut changer le mot de passe de son cerveau.

Il est assez facile d’authentifier l’identité d’une personne d’une autre façon et de lui demander de définir un nouveau mot de passe en regardant trois nouvelles images – peut-être cette fois avec la photo d’un chien, un dessin de George Washington et une citation de Gandhi. Comme il s’agit d’images différentes du mot de passe initial, les modèles d’ondes cérébrales seraient également différents. Leurs recherches ont révélé que le nouveau mot de passe cérébral serait très difficile à comprendre pour les hackeurs, même s’ils essayaient d’utiliser les anciennes lectures d’ondes cérébrales comme aide.

Les mots de passe cérébraux sont réinitialisables à l’infini, parce qu’il y a tellement de photos possibles et une vaste gamme de combinaisons qui peuvent être faites à partir de ces images. Il n’y a aucun moyen d’être à court de ces mesures de sécurité biométriques.

SÛR ET SÉCURITAIRE

Les chercheurs disent tout de même ceci :

Nous sommes conscients qu’il peut être inquiétant, voire flippant, pour un employeur ou un service Internet d’utiliser une authentification qui lit l’activité cérébrale des gens. Une partie de notre recherche consistait à déterminer comment ne prendre que le minimum de lectures pour assurer des résultats fiables – et une sécurité adéquate – sans avoir besoin d’autant de mesures qu’une personne pourrait se sentir violée ou inquiète qu’un ordinateur essaie de lire dans son esprit.

Nous avons d’abord essayé d’utiliser 32 capteurs sur toute la tête d’une personne, et nous avons constaté que les résultats étaient fiables. Ensuite, nous avons progressivement réduit le nombre de capteurs pour voir combien de capteurs étaient vraiment nécessaires et nous avons constaté que nous pouvions obtenir des résultats clairs et sûrs avec seulement trois capteurs bien situés.

Cela signifie que notre capteur est si petit qu’il peut s’insérer de manière invisible dans un chapeau ou un casque d’écoute en réalité virtuelle. Cela ouvre la porte à de nombreuses utilisations potentielles. Une personne qui porte un chapeau intelligent, par exemple, pourrait facilement déverrouiller des portes ou des ordinateurs avec des mots de passe intelligents. Notre méthode pourrait aussi rendre les voitures plus difficiles à voler – avant de démarrer, le conducteur devrait mettre un chapeau et regarder quelques images affichées sur un écran du tableau de bord.

D’autres routes s’ouvrent à mesure que de nouvelles technologies émergent. Le géant chinois du e-commerce Alibaba a récemment dévoilé un système permettant d’utiliser la réalité virtuelle pour acheter des articles, y compris faire des achats en ligne directement dans l’environnement VR.

Si les informations de paiement sont stockées dans le casque VR, toute personne qui l’utilise ou le vole pourra acheter tout ce qui est disponible. Un casque qui lit les ondes cérébrales de son utilisateur rendrait les achats, les connexions ou l’accès physique aux zones sensibles beaucoup plus sûrs.

Mon avis : sur le papier ça sonne pas mal, mais en réalité, s’il faut trouver le moyen le plus sûr pour qu’on ne nous vole pas nos mots de passe ce serait de créer des « pièges », déclencher une attaque envers les hackeurs. J’ai peut-être trop joué à des jeux vidéos ou trop lus d’histoires fantastiques, mais il semble qu’il n’y a d’autres choix : soit on n’a pas de compte en ligne, soit on trouve un système dissuasif pour repousser les attaques !

Lire la suite

Un aperçu infographique des plates-formes, services, outils de développement et projets d’infrastructure de l’écosystème ConsenSys. ConsenSys se développe – et rapidement. Avec plus de 1000 membres répartis de New York à Londres, Bucarest, Dubaï, Singapour, l’Irlande et au-delà, le réseau ConsenSys jette les bases d’une économie mondiale basée sur une blockchain, et aborde le défi sous presque tous les angles possibles. Nous utilisons la chaîne de blocs d’Ethereum pour résoudre des problèmes du monde réel pour des organisations de toutes tailles, de l’entreprise mondiale à la communauté locale. Le modèle hub-and-spoke que ConsenSys utilise pour organiser sa formation mondiale de développeurs, d’entrepreneurs, de créateurs, d’avocats et de technologues, qui ne cesse de croître, se développe et se transforme avec une fluidité qui le rend presque impossible à suivre tout ce qui se passe pour un observateur occasionnel. En gardant cela à l’esprit, voici un aperçu des plates-formes, des applications, des…

Lire la suite

Dans le monde entier, des centaines de milliers de technologistes et de développeurs travaillent à la création d’applications et de plates-formes qui permettront à l’ordinateur mondial décentralisé d’Ethereum de réaliser son potentiel. Bien qu’il faille du temps pour que l’écosystème de la blockchain se développe pleinement et s’entremêle avec les économies en général, nous voyons déjà de nombreuses organisations fournir des applications qui interagissent avec la blockchain Ethereum pour créer de nouveaux modes de création et d’échange de valeur. Cette vague d’applications décentralisées – ou dApps – fait évoluer des modèles dans des segments de marché aussi étendus que la finance, la musique, les jeux et les médias sociaux avec des résultats remarquables, et pousse l’industrie de la blockchain vers une ère moins spéculative et plus axée sur les résultats, l’adoption et une amélioration substantielle dans les vies des utilisateurs. Vous trouverez ci-dessous une liste de dApps Ethereum que vous…

Lire la suite

Des livres prophétiques aux es œuvres préférées de Joe Lubin, et comment les histoires nous aident à construire. « Je veux écrire sur les gens que j’aime, et les mettre dans un monde fictif sorti de mon esprit, pas le monde que nous avons réellement, parce que le monde que nous avons ne répond pas à mes normes. » Philip K. Dick Anticiper l’avenir De quoi parlons-nous quand nous parlons de science-fiction ? La science nous met au défi d’imaginer le monde différemment. La fiction nous invite à imaginer d’autres personnes dans d’autres vies – et, comme la science, nous met au défi d’imaginer le monde différemment, ou d’autres mondes entièrement. La technologie est en quelque sorte un mélange des deux, transformant les concepts scientifiques et les innovations en outils qui améliorent ou améliorent la vie humaine. Ces actes d’imagination sont une sorte d’anticipation, voire un défi. George Granville, via Public Domain…

Lire la suite

Vous connaissez Civil, le jeton qui veut sauver le journalisme par la blockchain. Voici qui y croit et qui l’utilise : Le journalisme local fonctionne sur Civil : The Colorado Sun Journalisme d’investigation, d’explication et de narration pour un Etat en pleine évolution. De la part d’anciens rédacteurs en chef du Denver Post. Voir la newsroom Block Club Chicago Le seul point de vente indépendant qui offre une couverture fiable et non partisane des divers quartiers de Chicago. De l’équipe derrière DNAinfo. Voir la newsroom The River Un organe d’information basé dans la vallée de l’Hudson qui relie la région au reste du monde. Offre une couverture approfondie, d’un point de vue régional, des questions d’importance nationale. Voir la newsroom FAQ NYC Un podcast sur la ville de New York, de trois New-Yorkais de toute une vie. Une plongée hebdomadaire au delà des gros titres vous amenant à l’intérieur d’histoires…

Lire la suite

Aimez ou détestez, Internet repose sur la publicité. Les revenus tirés de la vente d’espace publicitaire sur les sites Web peuvent payer à la fois le personnel et le contenu. Sans un modèle publicitaire efficace, de nombreuses entreprises en ligne lutteraient pour survivre (y compris lez journalisme). Cependant, la publicité en ligne a plus en commun avec le Far West que Mad Men. Une blockchain trop compliquée signifie que les annonceurs paient des sommes substantielles pour très peu de retour. Pendant ce temps, les pirates informatiques mettent en place de faux sites Web pour collecter des revenus pour des publicités que personne ne voit réellement, et le pire de tout, c’est que les utilisateurs sont infiniement spammés lorsqu’ils naviguent sur le Web. Le Basic Attention Token, le BAT peut-il aider l’annonceur, l’éditeur et l’utilisateur ? On va bientôt le savoir. Qu’est-ce que le BAT ? BAT est une jeton utilitaire.…

Lire la suite

À moins d’une semaine de la fin de la vente symbolique, les choses ne se présentent pas aussi bien pour Civil, le système de publication décentralisé pour le journalisme. Bien que Civil affirme que le spectacle se poursuivra quel que soit le résultat de son ICO, le faible taux de participation jusqu’à présent n’est clairement pas ce qu’il avait prévu. Malgré une alliance avec l’Associated Press et un nouveau partenariat avec Forbes annoncé mardi, il ne lui reste que cinq jours pour atteindre le plafond de 8 millions de dollars en jetons CVL ou être forcé de rembourser l’argent à ces investisseurs. Jusqu’à présent, elle a recueilli près de 1,4 million de dollars grâce à son offre de pièces de monnaie. Mercredi, Civil a révélé qu’il a plusieurs centaines d’autres acheteurs  » engagés  » à près de 800 000 $ de plus qui sont  » bloqués quelque part dans le processus…

Lire la suite

Depuis des millénaires, les civilisations ont reconnu la corne animale comme un matériau résilient, respectueux de l’environnement, capable d’être transformé en une vaste gamme d’objets utiles et beaux. Son attrait intemporel est évident dans le monde entier, des bijoux en Asie aux outils au Moyen-Orient, en passant par les conteneurs en Europe et au-delà. Ce n’est qu’au siècle dernier que les plastiques moulables à base de pétrole l’ont éclipsé. La mission de Pembient est d’utiliser la biotechnologie pour faire pousser des cornes plus grosses que ce que les animaux peuvent produire, libérant ainsi le plein potentiel du milieu. QU’EST-CE QUE LA CORNE BIOFABRIQUÉE ? La corne biofabriquée est aussi transformable que la corne prélevée sur un animal, mais elle est produite par des procédés automatisés impliquant des cellules, des protéines et des polymères. QUI VEUT DE LA CORNE BIOFABRIQUÉE ? Les artisans, les sculpteurs et les designers veulent transformer la…

Lire la suite

Clarity est un dispositif de communication décentralisé : du matériel et des logiciels open-source pour le bien de l’humanité : offrant une alternative minimaliste à Android et iOS. Bien sûr, il y a eu de nombreuses tentatives pour construire un smartphone qui est plus juste, plus ouvert et plus respectueux de l’attention de l’utilisateur. Surtout, un tel projet dépend de la participation. Donc, si vous voulez que ce concept devienne une réalité, rejoignez-les : Clarity est actuellement à la recherche de collaborateurs. Perso il me séduisent d’emblée par l’invitation à les suivre sur des réseaux qu’ils ne soutiennent pas : oui par a façon dont ils présentent le travail « visible » de chacun : Clarity c’est cela: Open Source L’avenir est transparent et chacun devrait pouvoir y contribuer. Conception modulaire La modularité permettra une fabrication de matériel plus durable et plus éthique. Construit par la communauté Clarity est un projet à but…

Lire la suite

22/72
%d blogueurs aiment cette page :