Publicités

Archives d'étiquette : Marcel Duchamp

Dans les peintures de Lynette Yiadom-Boakye, des coups de pinceau rapides se transforment en figures inventées sur des fonds abstraits et moroses. Dans Invincible (2018), par exemple, un garçon torse nu – un personnage fictif, comme tous les sujets de Yiadom-Boakye – est assis de profil sur un rebord rouge et noir. Il écrit sur une feuille blanche d’une main, tenant son siège de l’autre. Le haut de son corps apparaît sur une toile de fond brune et ombragée, plus claire autour du sommet de sa tête. La toile nubby est visible sous la peinture, ce qui suggère que l’artiste a appliqué des coups de pinceau fins et vifs. L’œuvre est inégale mais immédiate ; son sacrifice d’une surface plus travaillée permet une apparence vulnérable et nue. En effet, Yiadom-Boakye réalise fréquemment ses toiles en une seule journée. Selon Tamsen Greene, directrice principale de la Jack Shainman Gallery, c’est en…

Lire la suite

Publicités

En tant qu’objet fonctionnel, la valise n’ a qu’un but assez limité – récupérer et emmener ses affaires du point A au point B. Mais en tant que trope, le bagage véhicule une grande complexité métaphorique et des problèmes qui doivent être déballés. En plus d’être un symbole de bagage émotionnel, la valise est un emblème de mobilité, évocateur de tous les voyages, des évasions glamour d’un jet setter ou du confort bourgeois des vacances en famille aux déplacements forcés d’exilés et de réfugiés. Une valise peut évoquer toute une gamme de types itinérants, qu’ils soient professionnels (vendeur ambulant, performeur de scène, forain) ou plus libres (un vagabond, un marginal, ou un voyageur invétéré). Au fil des ans, de nombreux artistes, cinéastes, dramaturges, romanciers et auteurs-compositeurs, ont utilisé la valise à des fins symboliques (et pratiques). Ci-dessous, voici quelques représentations, des sacs à fromage Dieter Roth aux grilles de bagages…

Lire la suite

2/2
%d blogueurs aiment cette page :